Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 18:47

 

Et si l’ aube était l’ énergie subtile permettant l’ approche de l’ évidence. L’ avènement de la conscience ne serait plus polluée spéculativement, purifier par l’ évidence. Les pensées dénuées de tous parasites, de toutes fritures électrobiogenèses, « out » toutes pensées contaminées par auto-construction routinière… Nous nous retrouvions ainsi en liberté sans même la nommé. L’ innée ! 
Plus aucune ségrégation, quelle soit positive ou négatif, seul la synthèse se profilera nu.

Les différences ne font que refléter la pureté du miroir dans sa plus simple véracité. Celui-ci ne peut ternir si nous nous efforçons point à le brumer par sublimation égocentrique. Là, nous voyons le vrai sens du « non-intervenir » !
Ainsi, la paix ne mériterai plus d’ éloge car la guerre n’ aurait jamais eu d’ existence réelle. Les projections dualistes entre matérialiste et spiritualité ne vaporiserai plus aucune fumé. La liberté serait, car nous saurions pertinemment, sans aucune espèce de détour que celle-ci ne nous avait jamais quitté !
J’ aime la liberté parce que je suis libre d’ aimer !
Cette liberté est au-delà de tout ce qui pourrai se narrer ; je ne suis pas même un électron (libre), c’ est en cela que réside mon essence réelle !

 

Partager cet article
Repost0
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 12:16

 


 

 

Partager cet article
Repost0
15 février 2012 3 15 /02 /février /2012 13:17

 

 

Partager cet article
Repost0
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 19:55

 

 

Partager cet article
Repost0
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 19:45

 L’amour est la saveur même de la vie. Aimer c’est se sentir vivant. Sans amour, nul ne vit, il existe, il meurt d’exister. L’amour est le secret des dieux, celui de l’étang de feu ou sera jetée la mort elle-même. Sans la vie de l’amour, sans l’amour de la vie, l’existence en rien ne vaut d’être vécue. L’amour s’aime en nous grâce à nous. Les yeux jouissent du même Regard dans la lumière éjaculatoire du néant. Comme le sommet jouit dans l’abime, comme le ciel se voit jouir dans l’eau, comme les étoiles jouissent dans la nuit, comme la rivière dans son lit, la chair jouit dans la chair, le feu dans le feu, la joie dans l’éternité. Et comme la conscience jouit dans la conscience, en nous la vie aime éternellement la vie, la mort éternellement la mort.

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 18:37

default.png

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 12:32

 

 

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 18:44

 

 

   Le Temps du Rêve

"En ce Temps du Rêve, les Aborigènes d’Australie étaient gouvernés par les
Désirs-du Cœur, et toute chose était neuve à chaque instant.

Les hommes et les femmes pouvaient changer de corps avec les Choses-de-ce-Monde !

Le kangourou pouvait devenir eucalyptus, l’homme pouvait devenir émeu ou kangourou ou wombat, ou même papillon.

La femme pouvait s’habiller de la cascade, revêtir l’habit du vent et l’homme celui de la montagne. Et ils se caressaient alors de toute autre manière. L’amour prenait ainsi par eux mille formes. Comme les hommes et les choses pouvaient changer de chemise les uns avec les autres, ils pouvaient se parler, se comprendre, et même avoir des petits ensemble !
Ainsi n’y avait-il aucune jalousie, ni conflit, ni guerre...

Si tout le monde pouvait changer de corps, c’est que l’homme n’était pas gouverné par son corps, mais par son cœur, et même pourrait-on dire par le Cœur de son cœur…
C’était le Temps du Rêve, le Temps du Bonheur-des-Choses, le Temps de la Joie-de-Vivre !"



Extrait de Conte qui coulent de Source, Editions EDIRU, 2006.

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 22:17

   Dhafer Youssef

 

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 14:02

"D É- M O- C R A- T I E ! Y a-t-il aujourd'hui en ce monde un mot plus propagé que celui-là, soit de ce côté-ci, soit de l'autre côté du "rideau de fer"? C'est un mot qu'on ne définit jamais parce qu'aucune définition n'en peut se prouver par la réalité des faits concrets. Pourtant, c'est le mot qu'on vénère le plus, qu'on respecte le plus, qu'on encense le plus. C'est le mot initial et final, l'alpha et l'oméga qui comprend tout, qui renferme tout en lui-même, Si vous vivez, si vous respirez, si vous pouvez manger, travailler, chanter, rêver, être parfois heureux, si la machine à vapeur fonctionne, si l'électricité donne ses services, si le microscope grossit les objets, si nous avons des théâtres et des hôpitaux, si le soleil luit et le blé pousse, si les rivières coulent et le vent souffle, si même vous pouvez croire à quelque chose et ériger des temples, il n'y a qu'une explication à tout cela: DÉMOCRATIE! Éliminez la démocratie, c'est la fin du monde, c'est le néant. Écoutez nos libéraux, nos socialistes et nos communistes hurler le mot, s'en gargariser avec des trémolos hystériques, voyez-les rouler des yeux extasiés quand ils le déclament, la bouche pâteuse, écumeuse, et vous comprendrez l'importance donnée à cette idole, ce fétiche des temps modernes, que le libéralisme nous fait adorer à la place du Dieu qu'il a détrôné parmi les hommes en niant ses droits publics sur les hommes, Cette idolâtrie, la plus stupide de toutes puisqu'elle ne repose sur rien du tout, explique pourquoi la partisannerie politique exerce sur les foules ignorantes une autorité plus forte qu'un culte religieux et, par voie de conséquence, que la matière a plus de prix que les choses de l'Esprit."

Adrien Arcand, La République Universelle

Partager cet article
Repost0